Avant de commencer la lecture de cet article, sachez que j’utilise l’expression « contraception masculine » uniquement pour des raisons de référencement (pour que mon contenu soit le plus visible possible sur internet et donc lu).

Les seules deux expressions valables (inclusives) en réalité sont « contraception thermique » et « contraception testiculaire ». Mais pour le moment, ce type de contraceptif étant malheureusement trop peu connu, je ne peux me passer d’utiliser le mot « masculin » et j’en suis la première désolée.

La contraception masculine thermique, c’est quoi ?

La contraception masculine thermique est une méthode naturelle réversible et non invasive
qui freine la spermatogenèse en élevant de quelques degrés la température des testicules qui est autour de 34.7°C.

Il existe deux types de contraception masculine thermique :

  • La cryptorchidie artificielle qui utilise la remontée testiculaire (slip chauffant et andro-switch). Les testicules sont alors à température du corps (37,7°C). Avec une utilisation quotidienne de 15 heures minimum, le seuil contraceptif est atteint en 3 mois environ.
  • La contraception thermique avec un accessoire chauffant électrique (boxer SpermaPause). Cette méthode permet d’élever la température des testicules entre 38°C et 43°C. Avec une utilisation quotidienne de 3 heures minimum, le seuil contraceptif est atteint en 1 mois et demi environ.

La contraception thermique, réellement efficace et sans danger ?

Une méthode prouvée scientifiquement

Depuis 1930, on compte pas moins de 15 études scientifiques avec essais cliniques sur la contraception masculine thermique.

C’est la doctoresse suisse Marthe Voegeli qui est à l’origine de la première étude. Elle a analysé la contraception masculine thermique de 1930 à 1950 et a réalisé un cas clinique en Inde pendant 10 ans en faisant prendre des bains de siège de plus de 46°C (116F°) à un groupe de volontaires. Son étude a été un succès puisqu’elle a pu démontrer l’efficacité de cette contraception, ainsi que sa réversibilité et son caractère inoffensif pour la santé. En effet, ceux qui le souhaitaient ont pu avoir des enfants en bonne santé, et aucun homme parmi cette étude n’a souffert d’effets indésirables pendant et après cette étude.

« La contraception masculine thermique est simple, saine, efficace, fiable, peu chère et réversible. Elle manque juste à être connue. A aucun moment elle ne porte atteinte au principe de vie. Elle ne requiert aucune compétence particulière pour être mise en œuvre; même les personnes les moins éduquées, dans les endroits les plus reculés, sauraient la mettre en œuvre sans assistance ni contrôle médical. »
Dr. Marthe Voegeli, « Contraception through temporary male sterilization » – 1956

Depuis 1980, le docteur Roger Mieusset (andrologue au CHU de Toulouse) est lui aussi devenu un spécialiste de la CMT et a publié de nombreux travaux sur le sujet (Dr. Roger Mieusset et Pr. Jean-Claude Soufir – « La contraception masculine » – Springer France – 2012). Il est à l’origine du premier slip chauffant à remontée testiculaire qui permet d’enclencher le processus de contraception thermique. Il a ainsi mené des essais cliniques pendant 7 ans qui permettent d’affirmer l’efficacité et la réversibilité de la cryptorchidie artificielle (CMT par remontée testiculaire).

Tous les scientifiques ayant travaillé jusqu’à aujourd’hui sur la contraception masculine thermique
sont d’accord pour dire que celle-ci est efficace, saine et réversible.

Des recherches toujours en cours

Étant donné qu’il n’y a pas encore beaucoup de recul sur le long terme, et donc par précaution, il est préconisé d’opter pour cette contraception pendant 4 ans puis de changer pour un autre contraceptif. Ou bien de laisser simplement le temps au corps de retrouver sa fertilité pendant un temps avant de reprendre la CMT.

Il est également recommandé de ne pas avoir recours à cette contraception si on présente des antécédents de problématiques testiculaires ou hernies. Le mieux est de prendre rendez-vous avec un.e médecin afin qu’iel donne son feu vert pour cette méthode contraceptive. Iel pourra également assurer le suivi médical comme le ferait un.e gynéco/sage-femme pour les femmes contraceptées.

contraception-testiculaire-thermique

Pourquoi la contraception thermique n’est–elle pas sur le devant de la scène ?

La contraception masculine thermique a beau exister depuis des années, elle n’est pourtant pas répandue, que ce soit en France ou à l’étranger. La CMT n’est d’ailleurs pas reconnue officiellement par l’Organisation Mondiale de la Santé. Pourtant, il est intéressant de noter que les injections hormonales masculines sont, elles, validées par l’OMS, mais pas plus plébiscitées que cela par les hommes.

Un business peu lucratif

En 1967, la pilule hormonale féminine est légalisée en France. Et depuis 1974, elle est remboursée par la Sécurité sociale. Ce nouveau moyen de contraception a marqué la libération sexuelle et l’émancipation des femmes qui ont pu maîtriser elles-mêmes leur fertilité. L’avènement de la pilule, puis du préservatif dans les années 80 (suite à l’apparition du Sida) ont donc complètement éclipsé les différentes recherches sur la CMT.

La contraception masculine thermique étant une méthode naturelle et ne nécessitant peu de suivi médical, elle a également souffert d’un véritable manque d’intérêt commercial de la part des industriels du secteur. Faute de financement, et avec la pression exercée par le lobby pharmaceutique qui prône la contraception hormonale féminine, la CMT n’a pu se développer suffisamment pour être reconnue et mise sur le marché.

Une histoire de patriarcat (encore et toujours)

Les recherches sur la contraception masculine, qu’elle soit hormonale ou non, sont presque inexistantes. Non pas par manque de connaissances ou de moyens, mais parce que nous vivons actuellement dans une société patriarcale qui place la santé (et la pseudo-virilité) des hommes avant celle des femmes.

Pour les hommes, le sperme et toutes les autres caractéristiques symbolisant la « virilité » sont sacrées. La peur irrationnelle d’une possible perte de puissance sexuelle est la principale raison qui empêche les hommes de se tourner vers la contraception masculine.

En témoigne le nombre hallucinant d’hommes qui ne veulent pas mettre de préservatif ou pire, qu’ils l’enlèvent sans le consentement de leur partenaire (ce qu’on appelle le stealthing).

La pilule hormonale masculine a pourtant été développée il y a des années. Mais elle n’a jamais été mise en vente à cause de ses effets secondaires. Ces mêmes effets secondaires que les femmes subissent à cause de leur pilule contraceptive. Pourtant, personne ne s’est opposé à sa mise en vente, même lorsque plusieurs décès ont été dénombrés. Je vous invite d’ailleurs à lire sur ce sujet, J’arrête la pilule de Sabrina Debusquat (2017).

Les femmes, elles aussi, sont réticentes à la contraception masculine, mais plutôt par manque de confiance. Elles sont plusieurs à penser que leur partenaire ne prendra pas assez au sérieux la contraception et ne veulent donc pas prendre le risque de tomber enceinte.

iconecoeurEn savoir plus sur la charge contraceptive

Focus sur les 3 méthodes contraceptives testiculaires disponibles

illustration-tuto-boulocho-coeur-des-zobs
Illustration de @bobika.cool

Le slip chauffant aussi appelé « Boulocho » ou « remonte-couilles toulousain »

C’est le Dr Mieusset, andrologue toulousain qui a mis au point le slip chauffant. Il s’agit d’un sous-vêtement classique mais avec un trou pour laisser passer la verge et la peau du scrotum afin de faire remonter et maintenir les testicules dans les canaux inguinaux.

  • Comment ça marche ? Il suffit d’enfiler son sous-vêtement (slip ou boxer) chaque jour et de le porter pendant minimum 15 heures d’affilée (pendant les heures d’éveil).
  • Quand le slip contraceptif devient-il efficace ? Au bout de 3 mois environ.
  • Où se le procurer ? Seul le Dr Mieusset propose ces sous-vêtements prêts à l’emploi, réalisés à l’unité par une couturière (au prix de 40€ environ). Il est donc nécessaire de le voir en consultation au CHU de Toulouse. Néanmoins, de nombreux ateliers fleurissent un peu partout en France pour apprendre à les fabriquer soi-même. Le site de l’association ARDECOM propose d’ailleurs des tuto pour réaliser son sous-vêtement contraceptif de 3 façons différentes (modèle slip, modèle jock-strap et modèle soutien-gorge).
boxer-spermapause--chauffant

Le boxer chauffant SpermaPause

C’est Olivier Nago qui est l’origine du premier boxer contraceptif thermique utilisant un accessoire chauffant électrique. Il a créé en 2015 un boxer avec une poche interne au niveau du scrotum qui permet d’accueillir une compresse thermique, elle-même alimentée par un thermorégulateur (batterie rechargeable).

  • Comment ça marche ? Après avoir mis son boxer, on règle la température pour une utilisation quotidienne de 3 heures minimum (pendant les heures d’éveil). Le thermorégulateur a été configuré pour diffuser une chaleur allant de 38°C à 43°C. Il est possible de choisir soi-même la plage de température (25%, 50%, 75%, 100%). Plus celle-ci est basse, plus long est le port du boxer.
  • Quand le boxer SpermaPause devient-il efficace ? Au bout de 6 semaines environ.
  • Où se le procurer ? Sur le site de l’association Jemaya Innovations (le pack avec 2 boxers est à 95€).
anneau-andro-switch

L’anneau contraceptif Andro-Switch

C’est en 2017 que Maxime Labrit, un infirmier, a mis au point un anneau à visée contraceptive. L’Andro-Switch est un anneau en silicone souple dans lequel on fait passer la verge puis le scrotum afin de faire remonter naturellement les testicules.

  • Comment ça marche ? L’anneau s’utilise 15 heures par jour (pendant les heures d’éveil) et 7 jours sur 7. Il peut se porter à tout moment, même quand on prend sa douche ou qu’on pratique une activité sportive.
  • Quand l’Andro-Switch devient-il efficace ? Au bout de 3 mois environ.
  • Où se le procurer ? L’anneau est malheureusement interdit à la vente pour le moment jusqu’à ce qu’il soit certifié CE (ce qui prend 4 ans et nécessite près d’un million d’euros).

N’hésitez pas à suivre et soutenir le collectif Slow Contraception qui œuvre pour l’équité contraceptive.

FAQ Contraception masculine thermique

La contraception masculine thermique est un processus physiologique naturel réversible et non invasif qui repose sur l’augmentation de la température des testicules de quelques degrés afin de freiner la production de spermatozoïdes (spermatogenèse) et ainsi atteindre le seuil contraceptif recommandé.
La spermatogenèse est le processus de fabrication, maturation et transport des spermatozoïdes (gamètes reproducteurs) dans les organes sexuels mâles. Ce processus apparait à la puberté et dure jusqu’à la fin de la vie. Le cycle de la spermatogenèse dure de 72 à 75 jours (2 mois et demi).
Le seuil contraceptif masculin est le nombre de spermatozoïdes/millilitre par éjaculat à partir duquel on considère l’homme infertile. Depuis 2017, ce seuil est de 1 million de spermatozoïdes/millilitre par éjaculat. En temps normal, ce sont des dizaines de millions de spermatozoïdes produits chaque jour.
Pour être considéré comme contracepté, l’homme ne doit pas produire plus d’un million de spermatozoïdes/millilitre par éjaculat. Mais il est tout à fait possible de ne produire aucun spermatozoïde avec la CMT, c’est ce qu’on appelle l’azoospermie.
La sensibilité thermique de la spermatogenèse est connue depuis l’Antiquité. Elle s’est répandue en Asie par la pratique des bains chauffants et a même été mentionné dans les écrits d’Hippocrate.
C’est la doctoresse suisse Martha Voegeli qui a mené la première étude scientifique (années 1920-1930) sur la contraception masculine thermique avec les bains chauffant quotidiens. Depuis, les essais cliniques se sont enchainés un peu partout dans le monde.
Le taux d’efficacité suite aux tests réalisés est de 99,9%. Il est bon de noter que la seule grossesse enregistrée est due à une mauvaise utilisation du contraceptif.
Il faut effectuer un spermogramme avant la première utilisation de la CMT puis tous les trimestres afin de s’assurer de l’efficacité du contraceptif.
Le spermogramme est un examen médical qui permet d’analyser le sperme sur différents critères (volume, mobilité, morphologie, etc.). Le recueil du sperme s’effectue généralement dans un laboratoire d’analyses après quelques jours d’abstinence. Il est possible de se faire rembourser cet examen par la sécurité sociale et les mutuelles en demandant simplement une ordonnance à son médecin généraliste.
L’efficacité de la CMT n’est pas immédiate. Il faut compter environ 6 semaines pour que l’homme atteigne le seuil contraceptif. Il est donc recommandé d’utiliser une autre méthode de contraception pendant cette période. Dès le seuil contraceptif atteint (vérification à l’aide du spermogramme), vous pouvez arrêter tout autre moyen de contraception.
La contraception thermique ne provoque normalement aucun effet indésirable : aucune altération de la qualité du sperme, aucun effet négatif sur les performances sexuelles, l’érection ou l’éjaculation, pas de brûlure, pas de maux de tête, de vomissement ou d’étourdissement.

Il a été parfois observé quelques irritations, notamment avec l’anneau andro-switch, qui peuvent être calmées et prévenues à l’aide d’une crème hydratante ou de liniment.

Il est possible d’observer une légère diminution des testicules, mais c’est tout à fait normal puisque ceux-ci ne contiennent plus de spermatozoïdes. A l’arrêt de la contraception thermique, la spermatogenèse se remet en route, les testicules retrouvent alors automatiquement leur taille initiale.
Suite aux cas cliniques de la Dr. Voegeli (années 1930), il a été démontré aucun effet négatif sur la santé ou la fertilité suite à la contraception masculine thermique. La méthode thermique par remontée testiculaire est encore nouvelle, tout comme la méthode thermique par dispositif chauffant. Il n’y a donc pas assez de recul pour affirmer à 100% l’absence d’effets indésirables. Cependant, les personnes ayant utilisé cette méthode contraceptive ont pu avoir par la suite des enfants en bonne santé. De plus, on sait aujourd’hui que tous les contraceptifs hormonaux ont de très nombreux effets indésirables sur le long terme, pourtant ils sont encore majoritairement utilisés à travers le monde.
Il s’agit en réalité d’un simple principe de précaution. Toutes les études, même les plus récentes, affirment qu’il n’y a aucun danger, mais par précaution, et puisqu’il n’y a pas de recul suffisant sur cette contraception comme pour d’autres méthodes plus connues, les associations et médecins préfèrent y aller pas à pas. Ils préconisent donc une utilisation quotidienne sur 4 ans puis un retour à la fertilité (et à un autre contraceptif naturel si besoin) pendant quelques temps avant de repasser à la CMT.
Non. Il est impératif d’utiliser un préservatif pour se protéger des MST/IST.
La contraception masculine thermique est un processus totalement réversible. Si vous envisagez d’avoir un enfant, il suffit d’arrêter le contraceptif. Il faudra ensuite attendre que la spermatogenèse se mette en route (environ 90 jours) et réaliser un spermogramme pour assurer le retour de la fertilité.
S’il y a un oubli occasionnel (jusqu’à 3 jours de suite), le contraceptif reste efficace. Au-delà de 3 jours, il y a un risque, il est donc conseillé d’utiliser un autre contraceptif en complément de la CMT le temps de reprendre son utilisation régulière.
Non.

Si cet article vous a plus, et si vous avez envie de faire connaître la contraception masculine thermique, n’hésitez pas à liker, commenter et partager !

iconecoeurGardez cet article au chaud en l’épinglant sur Pinterest !

Write A Comment to What What

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It